Lectures

Voici un homme dont on ne soupçonne pas les innombrables vies, les multiples désobéissances dont son parcours atypique a été jalonné. Fils d'un grand résistant (dont l'une des fausses identités utilisées pendant la guerre, "Monsieur Allain", lui donnera son prénom avec deux L), Allain Bougrain Dubourg va, au grand dam de ses parents, rompre avec un parcours scolaire attendu, une vie familiale bourgeoise et confortable. A la porte de chez lui, sans même un baccalauréat en poche, il prend les grands chemins. Il est avant tout, sans se l'avouer encore, un esprit libre : fruit d'une éducation très ferme, toujours poli et mesuré, il désobéit dès que son instinct le lui commande.
L'appel de la vie, de la nature et des animaux, est déjà le plus fort. Commence une vie de bohème : Allain donne des conférences sur les reptiles dans des lycées, joue les apprenti-dresseur d'ours et de chimpanzés, part sur les routes avec une sorte de zoo ambulant, son "Pavillon de la nature"... Ses échecs lui apprennent autant que les réussites. C'est par hasard qu'il échoue à la télévision, avec d'autres saltimbanques et autodidactes comme Michel Drucker, Patrice Laffont... L'insoumission ne le quitte pas. Il continue de désobéir à ses producteurs, menant des reportages-commandos sur les violences faites aux animaux, pouvant intercepter un télégramme qui aurait empêché la diffusion d'une de ses émissions... C'est lors d'une de ses missions de sauvetage qu'il fait la rencontre de Brigitte Bardot, avec qui il continuera le combat et entretiendra une relation amoureuse durant plusieurs années. Plus tard, c'est avec la chanteuse Jeane Manson qu'il aura une fille. Mais c'est évidemment aussi un destin politique et militant pour la défense des animaux, de la vie sur terre en général, aux côtés des plus grandes figures, Jacques-Yves Cousteau, Théodore Monod, Paul-Emile Victor, Nicolas Hulot... et dans tous les gouvernements, que ce soit sous Giscard d'Estaing, Mitterrand, Sarkozy ou Hollande...

Un homme remarquable pour la constance de son engagement pour les animaux et pour le Vivant globalement, dès son plus jeune âge. A lire.
Le fameux cri de la carotte, vous connaissez ? Découvrez l'humour incisif d'Insolente Veggie, cette végétalienne aussi drôle que méchante en laquelle chaque végétarien et vegan se reconnaîtra ! Des péripéties culinaires au militantisme, plus de 50 histoires pour rire, s'indigner et réfléchir!

Un album vraiment excellent, qui m'a fait beaucoup rire, mais qui est très sérieux sur le fond... à offrir à tous !

Et surtout, allez consulter le blog d'Insolente Veggie:
http://www.insolente-veggie.com/
L'exploitation des animaux n'a pas toujours été, loin s'en faut, aussi totale et brutale que de nos jours. Chaque jour en France, 3 millions d'animaux sont mis à mort. Alors que la production de viande gaspille l'eau, les céréales et les terres cultivables, la loi permet encore que l'on mutile, sépare, gave et enferme des êtres vivants. L'industrie de la viande organise leur mutilation et leur abattage à la chaine, tandis que la loi permet que, pour le plaisir, on les traque dans les bois ou qu'on les torture dans des arènes. Pourtant la science et le simple bon sens montrent que les animaux sont indispensables aux équilibres des écosystèmes, donc à la survie de l'espèce humaine, mais aussi et surtout qu'ils sont des créatures conscientes, intelligentes, capables de relations complexes et dotées de personnalités singulières. Face aux intérêts financiers liés à l'exploitation des animaux, il est urgent de désobéir pour susciter des modes de coexistence entre espèces basés sur la coopération et le respect. Partout dans le monde, les militants de la libération animale déploient des trésors d'imagination, et prennent tous les risques non violents pour venir en aide aux plus vulnérables que nous.
La plupart des gens désirent le bien des animaux. Mais voilà: ils aiment aussi leur steak. C'est ce qu'on appelle le paradoxe de la viande. Nous ne voulons pas voir que ce que nous mangeons, c'est de l'animal mort.

De plus en plus de chercheurs expliquent ce phénomène de «dissonance cognitive» par des pratiques sociales et des croyances qui visent précisément à occulter la souffrance animale. Tout converge pour nous convaincre, depuis l'enfance, qu'il est normal, naturel et nécessaire de consommer des produits d'origine animale. Pourtant, dans les faits, rien n'est moins vrai - tant du point de vue de la santé que de l'éthique animale et environnementale.

Dans cet essai accessible et engagé, Martin Gibert propose une synthèse des débats contemporains sur le paradoxe de la viande. Ce faisant, il présente le véganisme, un mouvement moral et politique en pleine émergence qui lutte pour la justice animale, sociale et environnementale.
Communiquer avec les animaux est naturel. C'est une relation simple et authentique. Laïla Del Monte nous ouvre des horizons insoupçonnés sur la vie intérieure des animaux. Elle nous invite à reconsidérer notre relation avec eux et ainsi à les respecter et les aimer davantage. Avec amour et honnêteté, Laïla Del Monte nous explique comment elle parvient à entrer en communication subtile avec les animaux. Aucune méthode mystérieuse ni procédés magiques ne sont nécessaires, il suffit de se reconnecter à notre intuition profonde pour rétablir ce lien. L'authenticité de la démarche de Laïla Del Monte fait naître le désir d'entreprendre, à notre tour, ce chemin vers l'animal et, par ce biais, vers nous-même.

Voir le site de Laila del Monte
Voir son film "Dans la peau des animaux"
Les ressources naturelles à la base de l'alimentation de l'homme et des animaux sont gravement menacées : déforestation, surexploitation des sols, élevage intensif, pollution des océans. C'est en constatant que ces problèmes sont liés au mode de vie adopté par les grands pays industrialisés que la primatologue Jane Goodall a commencé à s'intéresser de près à la nourriture des hommes - une nourriture de plus en plus dénaturée. Face à de tels enjeux, le Dr Jane Goodall apporte des réponses immédiates, qui s'inscrivent dans une démarche globale de protection de la biodiversité, d'aide à la gestion durable et équitable des ressources. Au-delà d'une synthèse des grandes questions alimentaires d'aujourd'hui, ce livre engagé d'une remarquable clarté propose des éléments concrets aux consommateurs qui veulent se réapproprier la liberté de bien se nourrir.
Bientôt, nous ne mangerons plus de viande. Nous cesserons de tuer des êtres vivants - 60 milliards d'animaux chaque année - pour nous nourrir. En effet, en 2050, nous serons près de 10 milliards, et nos ressources en terres et en eau seront insuffisantes pour que le régime carné continue à progresser. Mais au-delà des raisons économiques et écologiques, la science tend à prouver que, contrairement à ce que nous avons longtemps cru, les animaux exploités sont des êtres sensibles, intelligents et sociaux. Dès lors, avons-nous encore le droit de les manger ? Pourquoi les chats et les chiens ont-ils un palace qui leur est dédié au Canada alors qu'en Chine ils peuvent finir au fond d'une casserole ? Pourquoi avons-nous choisi de consommer en priorité cochons, poulets et boeufs ? Comment ces animaux sont-ils produits ? Les végétariens vivent-ils plus longtemps que les carnivores ? Comment peut-on remplacer les protéines animales ? Aymeric Caron a mené l'enquête pour décrire, avec verve et humour, tous les aspects de notre étrange rapport à la viande.
Une de mes premières lectures sur le sujet.
Etre carnivore est-il moralement légitime? Comment traitons-nous les animaux que nous consommons ? Avant de se lancer dans une vaste enquête, Jonathan Safran Foer convoque souvenirs d'enfance, données statistiques et arguments philosophiques pour interroger nos comportements vis-à-vis des animaux. Il dénonce ainsi l'abomination actuelle des pratiques d'élevage et d'abattage, tout en se penchant sur les derniers vestiges d'une civilisation qui respectait encore l'animal. Choquant, drôle et inattendu.

Une interview de Jonathan Safran Foer sur le sujet :
http://www.lesinrocks.com/2011/01/18/actualite/faut-il-manger-les-animaux-entretien-avec-jonathan-safran-foer-1121069/

Derniers Articles